écoute Mètode de Rocanrol de Pascal Comelade

mercredi 24 octobre 2007

Mètode de Rocanrol

Sortie le 5 novembre
Because Music

Tracklisting :

stranger in paradigm
l'u
elvis loved dogs
la vedette d'el molino
jopo de pojo not dead
mossen xemeneia a l'heliogàbal
the indian of the group
il luna park galactico
catalana de jazzz
the halucinogenic espontex sinfonia
smog on the vermut
noia de procellana
le barman de satan
com un rossinyol amb mal de queixal

acheter l'album sur VirginMega, Fnac ou Starzik ou iTunes

La femme nue qui pose en noir et blanc sur la pochette (une photo signée Les Krims), la tête cachée sous un masque de Mickey donne immédiatemment le ton : Mètode de Rocanrol est un disque... maousse. Une collection de petites vignettes orchestrales en verve et sans paroles. Une boîte à musique enchantée. Il y à là la fibre rebelle du boléro-torero servi en cobla catalane (The Halucinogic espontex sinfonia), la gouaille canaille du riddims jamaïcains (Il luna park galactico, Le barman de Satan), les caroussels de Kurt Weill, la majesté des rumbas (Jopo de pojo not dead), la fièvre des fanfares de Nouvelle- Orléans (L'u), le fantôme de François de Roubaix, les grands espaces de Satie (Com un rossignol amb mal de queixal), la cuisse rythmique du tango (Smog on the vermut), le fine fleur du rock catalan 70's de Pau Riba (Noia de porcellena) et la plainte fondatrice du blues (Stranger in paradigm), le clin d'oeil direct au rock sixties (le riff dézingué de You really got me des Kinks dézingué sur Elvis loved dogs, une interprétation musicale de la peinture de Cata Billups). Le tout déformé, décodé, détourné, fouillé jusqu'à la matrice et réilluminé dans un instrumentation psychotropique : guitares déglinguées, bottleneckées ou en plastiques, banjos foutraques, clarinettes, xylophones, accordéons, saxophones, scie musicale, trompettes bouchées ou non, toy pianos ou pas, mini-orgues, batterie ou presque, trombone, corps de tuba et cordes. Cet étonnant bastringue organisé au service d'une oeuvre multiple, Comelade l'a ourdi dans les températures hivernales de 2006/2007. Seul, la plupart du temps. Il a juste ouvert sa porte à trois compagnons d'échappée spirituelle : Didier Banon (déjà aperçu derrière les fûts et cymbales du groupe punk OTH) à la batterie et aux percussions, le tromboniste Enzo Tozoni et à son partenaire de jeu historique, Pep Pascual, Maître ès cuivres et vents du dispositif Comelade depuis la nuit des temps.
Comelade est un mec plus ultra.

Lire les chroniques sur "Mètode de Rocanrol":

sur Popnews : interview première partie
Popnews: interview deuxième partie
sur Benzine
sur i-Muzzik
sur ZicaZic

1 commentaire:

Manu a dit…

Et pour tout faire le tour des relations entre Pascal Comelade et la littérature, il y a l'entretien dans le magazine Muziq (n°10).